Partenaires

Ampère

Nos tutelles

CNRS Ecole Centrale de Lyon Université de Lyon Université Lyon 1 INSA de Lyon

Nos partenaires

Ingénierie@Lyon



Rechercher


Accueil > Thèses et HDR > Thèses en 2017

06/11/2017 - Hassan CHEAITO

par Laurent Krähenbühl - publié le , mis à jour le

Agenda

Ajouter un événement iCal

Hassan CHEAITO soutient sa thèse le 06/11/2017 - 10:30 - Ecole Centrale de Lyon, amphi 201

Titre :
Modélisation de la susceptibilité des systèmes avioniques complexes : essais BCI

Jury :

  • Directeurs de thèse : C. Vollaire
  • Rapporteurs :Genevieve Duchamp (IMS, Bordeaux) et Frédéric Lafon (HDR, Valeo-Geeds, Créteil)
  • Examinateurs  : Françoise Paladian (Institut Pascal, Aubière), Etienne Sicard (INSA Toulouse), Marwan Ali (Safran), Edith Clavel (G2ELab)
  • Invités : Olivier Maurice, Michel Mardiguian

Résumé :
L’intégration de l’électronique dans des environnements sévères d’un point de vue électromagnétique a entrainé en contrepartie l’apparition de problèmes de compatibilité électromagnétique (CEM) entre les différents systèmes. Afin d’atteindre un niveau de performance satisfaisant, des tests de sécurité et de certification sont nécessaires.
Ces travaux de thèse, réalisés dans le cadre du projet SIMUCEDO (SIMUlation CEM basée sur la norme DO-160), contribuent dans la modélisation du test de qualification "Bulk Current Injection" (BCI). Ce test, abordé dans la section 20 dans la norme DO-160 dédiée à l’aéronautique, est désormais obligatoire pour une très grande gamme d’équipements aéronautiques. Parmi les essais de qualification, le test BCI est l’un des plus contraignants et consommateurs de temps. Sa modélisation assure un gain de temps, et une meilleure maîtrise des paramètres qui influencent le succès du test.
La modélisation du test a été découpée en deux parties : l’équipement sous test (EST) d’une part, et la pince d’injection avec les câbles d’autre part. Dans cette thèse, seul l’EST est pris en compte. Une modélisation "boîte grise" a été proposée en associant le modèle "boîte noire" avec celui dit "extensif". L’approche boîte noire s’appuie sur la mesure des impédances standards. Son identification se fait avec un modèle en pi. Le modèle extensif permet d’étudier plusieurs configurations de l’EST en ajustant les paramètres physiques. L’assemblage des deux modèles en boîte grise a été validé sur un convertisseur analogique-numérique (CAN).
Une autre approche appelée modale (en fonction du mode commun (MC) et du mode différentiel (MD)) a été proposée. Elle se base sur les impédances modales du système sous test. Des PCB spécifiques ont été conçus pour valider les équations développées. Une investigation a été menée pour définir rigoureusement les impédances modales. Nous avons démontré qu’il y a une divergence entre les deux définitions de l’impédance de MC dans la littérature. Ainsi, la conversion de mode (ou le rapport « Longitudinal Conversion Loss » : LCL) a été quantifiée grâce à ces équations.
Pour finir, un modèle à N-entrées a été proposé pour modéliser un EST ayant une complexité industrielle. Le modèle de l’EST est ensuite assemblé avec celui de la pince et les câbles (G2ELab). Des mesures expérimentales ont été faites pour valider le modèle complet. D’après ces mesures, le courant de MC est impacté par la mise en œuvre des câbles ainsi que celle de l’EST. Il a été montré que la connexion du blindage au plan de masse est le paramètre le plus impactant sur la distribution du courant de MC.


Publications

https://hal.archives-ouvertes.fr/AMPERE/search/index/q/%2A/authFullName_s/Hassan+Cheaito/