Partenaires

Ampère

Nos tutelles

CNRS Ecole Centrale de Lyon Université de Lyon Université Lyon 1 INSA de Lyon

Nos partenaires

Ingénierie@Lyon



Rechercher


Accueil > Annuaires > Annuaire du Département MIS

English : Krähenbühl Laurent

par Laurent Krähenbühl - publié le , mis à jour le

Senior Researcher - CNRS

Contact : laurent.krahenbuhl@ec-lyon.fr +33 4 72 18 61 04

Thèmes de recherche

- Modélisation des phénomènes électromagnétiques
- Prise en compte de singularités et couches minces
- Conception et optimisation par méthodes stochastiques

Recherches actuelles

Laurent Krähenbühl (54 ans) fait partie de l’équipe modélisation du Laboratoire Ampère (CNRS UMR5005) et est impliqué principalement dans les priorités scientifiques méthodes et outils génériques de modélisation, électromagnétisme et vivant et matériaux dans les systèmes électriques de cette unité de recherche associée au CNRS.

Publications

Ses publications sont accessibles (pour la plupart en texte complet) sur le site Hyper Articles en Ligne (CCSD/CNRS).

Parcours de recherche

Ingénieur électricien de l’Ecole Polytechnique de Lausanne (EPFL, Suisse, 1978), spécialisé en télécommunications et théorie des circuits, Laurent Krähenbühl enseigne les mathématiques en lycée au Cameroun pendant deux années, puis découvre le génie électrique chez Siemens (Erlangen, Allemagne) comme ingénieur en énergie et planification des réseaux électriques.
En 1981, il entame une thèse à l’Ecole Centrale de Lyon, sous la direction effective d’Alain Nicolas et portant sur la méthode des équations intégrales de frontière. Docteur en 1983, il travaille comme ingénieur de recherche pour le Laboratoire d’Electrotechnique de Lyon et Cedrat-Recherche (essentiellement sur l’extension en 3D de la méthode intégrale, avec une application spécifique à la protection cathodique des coques de navires) avant d’être nommé Chargé de Recherche au CNRS (1985).
L’équipe comprenant Laurent Krähenbühl, Laurent et Alain Nicolas est auteur du logiciel d’équations intégrales « Phi3d », qui a été entre 1985 et 1995 le seul logiciel industrialisé effectivement capable de réaliser des calculs tridimensionnels « industriels » en électrostatique.

LK s’intéresse ensuite successivement aux problèmes spécifiques liés à la modélisation des milieux minces ; aux problèmes à singularités ; aux méthodes d’optimisation, en particulier stochastiques, toujours en association avec les méthodes numériques de modélisation, aux méthodes de conception et à l’évolution des systèmes complexes ; enfin, aux méthodes d’homogénéisation des milieux à structure périodique ou quasi-périodiques.

LK a encadré une vingtaine de thèses. Il est auteur ou co-auteur d’une soixantaine de publications en revues internationales à comité de lecture, publications citées au total une soixantaine de fois par an (hors auto-citations), ce qui marque une certaine reconnaissance internationale principalement pour ses travaux sur les singularités géométriques, l’homogénéisation numérique et les méthodes stochastiques d’optimisation.

Voir en ligne : Publications